• Agazem

Marine le Pen trop molle pour Darmanin?

Lors de cette soirée d’échanges d’amabilités entre Marine Le Pen et Gérald Darmanin le 11 fevrier sur France 2, notre Stéphane Plaza de la Place Beauvau a indiqué à la future candidate à la présidentielle qu’elle était trop dans la « mollesse » et qu’il ne la trouvait pas « assez dure ». Cette dernière a même déclaré au ministre de l’Intérieur qu’elle aurait pu écrire son dernier livre « Le séparatisme islamiste. Manifeste pour la laïcité ». Elle ajoutera : « je n’entends pas m’attaquer à l’islam qui est une religion, comme une autre. Je souhaite conserver une liberté totale d’organisation et une liberté totale de culte. »

Qui l’eût cru ? Darmanin est tellement à droite que Le Pen parait être une islamogauchiste à graine de quinoa à ses côtés. Pourtant, face au durcissement du discours des marcheurs et des républicains sur l’Islamisme (comprenez l’Islam) et les islamistes (comprenez les musulmans), le Rassemblement national avait dû s’adapter à son tour en musclant davantage le sien. Le n°2 du RN Jordan Bardella a récemment déclaré que « le voile est un vêtement militant qui souhaite faire sécession » avec la république et que si son parti venait à gouverner en 2022, il en interdirait le port dans l’espace public.


Marine Le Pen molle sur l’Islamisme pour Darmanin ? pourquoi pas. Après tout, les ¾ des musulmans de France sont des islamistes d’après la définition qu’il en a donné à Valeurs Actuelles le 11 février 2021 : « Si vous devez vous retourner vers une doxa religieuse pour savoir ce qui est licite ou non, alors vous entrez dans l'islamisme. » Clair, net et précis.

Mais ce qui m’interpelle le plus, c’est son débriefing sur « C à vous » sur France 5 le mercredi 17 février 2021. En des termes de cour de récré, Darmanin dit de Marine Le Pen qu’elle est « méchante » et qu’elle est « une ennemie de la République. » Anne-Elisabeth Lemoine est choquée par cette infantilisation du discours et lui demande plus de précision. Réponse du n°3 de la 7ème puissance économique mondiale : « Oui, elle n’est pas gentille pour ce que nous pensons être pour la France. »

Bon, au-delà du langage Capri-sun de Darmanin, on peut tout de même s’étonner de l’entendre dire que la candidate RN est une ennemie de la République mais qu’elle est trop molle sur ses convictions. Ne serait-il pas en train de nous indiquer qu’il est un plus grand ennemi pour la République qu’elle ?

Au final, pendant tout ce débat, les deux stratégies ont été claires : Marine Le Pen a essayé de se donner une stature républicaine et présidentiable tandis que Gérald Darmanin est allé chasser pour le compte du patron sur les terres électorales les plus hargneuses de son interlocutrice du soir. La preuve en est avec cette déclaration du ministre : « Vous êtes prêtes, si je comprends bien, à ne pas légiférer sur les cultes et vous dites que l’Islam n’est même pas un problème ? » ce à quoi Marine Le Pen lui répond : « Je n’entends pas m’attaquer à l’islam, qui est une religion comme une autre et parce que je suis profondément attachée à nos valeurs françaises, je souhaite conserver sa liberté totale d’organisation et la liberté totale de culte. »

Darmanin va même évoquer le fait que dans le projet de loi « Renforcement des principes républicains », il y a une loi qui est là précisément pour lustrer le poil des élus RN : « Vous savez qu’aujourd’hui, nous ne pouvons pas fermer des lieux de culte où des discours de haine sont portés. C’est justement l’objet de l’article 44, qui concerne les cultes, mais vous dire qu’effectivement c’est fait contre les personnes radicalisées, et c’est fait pour faire en partie plaisir à des représentants du Rassemblement national… » Darmanin le dit sans gêne et sans que cela ne scandalise qui que ce soit : sa majorité légifère - aussi - par simple calcul politique.


Bref, l'on voudrait nous faire croire par des biais implicites et du conditionnement mental que le match du second tour est déjà connu, il n’en est heureusement rien. Entre un parti qui développe un programme politique xénophobe et islamophobe par opportunisme et l’autre qui entend le mettre en place par conviction profonde, je préfère mobiliser mon énergie à pousser mon entourage à se mobiliser au 1er tour pour nous épargner ce scenario catastrophe. Il en va de la France.

45 vues0 commentaire