• Agazem

Le journaliste Taha Bouhafs attaque en justice le militant identitaire Eric Zemmour

Dernière mise à jour : févr. 27

Le 30 novembre 2020 dans l’émission Face à l’info, le polémiste d’extrême-droite avait déclaré que « quand le SNJ va voir monsieur Darmanin, ils y vont entre autres avec monsieur Bouhafs qui s’appelle journaliste et qui est en fait militant […] Et vous n'allez pas me dire que lui n’est pas militant. C’est un militant indigéniste, un militant islamiste... »

Plutôt cocasse de fustiger M. Bouhafs de « militant » alors que l’on peut tous constater qu’Eric Zemmour met très largement sa profession au service de ses idées plutôt que l’inverse. D’ailleurs, ce sont les idées du journaliste de Cnews et du Figaroqui l’ont régulièrement mené devant les tribunaux et lui ont valu par la même occasion quelques condamnations pour incitation à la haine. Au delà de ce qualificatif de « militant », c’est le terme « islamiste » qui semble désormais être devenu commun de coller à tous les musulmans – considérés comme tel à tort ou à raison – dont les discours gênent ou contestent. Mais les non-musulmans – considérés comme tel à tort ou à raison – dont la principale préoccupation n’est pas de savoir si les musulmans portent ou non leurs caleçons sous la douche ne sont pas en reste : eux sont affublés du non moins ridicule qualificatif d’« islamo-gauchistes ». Les deux termes sont délibérément flous car ils ont pour vocation d’accueillir une grande diversité d’individus. Son usage est destiné à exclure de la sphère d’influence, de rendre infréquentable et de « tuer » professionnellement ainsi que socialement. Beaucoup ont déjà hélas fait les frais de ces anathèmes, dont quasi l’ensemble du monde politico-médiatique actuel use et abuse.

Quoi qu’il en soit, 48 heures après l’annonce de Christelle Rabier, maîtresse de conférence à l'EHESS, de son intention de porter plainte contre Julien Aubert, député Les Républicains, pour « injure publique » après que ce dernier l’ait qualifié d’« islamo-gauchiste », on ne peut donc que se réjouir de voir Taha Bouhafs la rejoindre pour que cesse ces viles manipulations.

Qu’on se le dise, la fin de la récré a sonné.

219 vues0 commentaire