• Agazem

« L’islamo-gauchisme des universités »


Quoi de mieux qu’une petite « islamo-diversion » pour faire oublier une polémique ?

Rien ! Ça fonctionne à tous les coups, ou presque.

Faut dire que sur ce coup, Frédérique Vidal s’est prise quelque peu les pieds

dans le tapis en essayant de nous faire oublier les longues files d’étudiant.e.s

en train d’attendre leur tour pour obtenir un sachet de penne et une boîte de thon.

Car tout n’est pas rose pour la ministre de l’Enseignement Supérieur.

Beaucoup décrochent et abandonnent leurs études, sombrent dans la précarité,

la dépression. Certains se sont suicidés. La grogne ne cesse d' enfler depuis des mois. Notre chère ministre est certes touchée mais pas coulée. Elle semble s’être magnifiquement bien adaptée aux méthodes gouvernementales de contre-feu.

On pourrait d’ailleurs imaginer que le ministre de l’Intérieur et sa ministre déléguée

à la citoyenneté lui ont soufflé quelques bons conseils à l’oreille… Donc, Frédérique Vidal se présente sur CNews, une chaine de « paix et d’amour », pour reprendre l’expression d’un ex-homme politique beaucoup trop à droite pour Marine le Pen, afin de répondre aux questions de l’infatigable Jean-Pierre Elkabbach. Ce dernier, avec cette expérience qui le caractérise si bien, commence doucement : la recherche, le vaccin… bref, de petits amuse-bouches pour pouvoir attaquer avec entrain le tajine de gigot d’agneau

aux abricots.

« Sur cinq colonnes, Le Figaro titrait vendredi, confirmant une vague de témoignages préoccupants, “L’islamo-gauchisme gangrène les universités”. Est-ce que vous êtes

d’accord ? » demande Elkabbach, ce à quoi répond la ministre :

« Je pense que l’islamo-gauchisme gangrène la société dans son ensemble et que l’Université n’est pas imperméable, elle fait partie de la société. » Magnifique, du grand art. Tout cela est dit avec un air très sérieux, pas même le début d’un rictus.

Même l’étudiant qui ne se nourrit plus que de conserves Daucy et de Xanax depuis

6 mois a dû acquiescer devant son poste. A n’en pas douter, nos ministres ont du talent. Néanmoins Frédérique Vidal a ici peu de mérite, avec un Jean-Pierre Elkabbach qui distribue les caviars à la louche, n’importe quel pilier de bar pourrait enquiller les buts. Elkabbachiño poursuit avec une passe laser : « En regardant toujours tout par le prisme

de leur volonté de diviser [les islamo-gauchistes - NDLR], de fracturer, de désigner l’ennemi, etc […] Vous ajoutez aussi les indigénistes qui disent “la race, le genre, la classe sociale”. Tout ça, ça forme un tout. » La ministre n’a plus qu’à pousser la balle au fond des filets :

« Absolument, d’ailleurs, en biologie, ça fait bien longtemps qu’on sait qu’il n’y a pas

de race. » C’est du génie : les islamo-gauchistes seraient des racistes qui s’ignorent.

Bon, faut dire aussi que Jean-Michel « Crossfit » Blanquer avait ouvert la voie il y a quelques mois auparavant au micro de la si tolérante Sonia Mabrouk : « Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages. Il fait des ravages à l'université, il fait des ravages quand l'Unef cède à ce type de choses, il fait des ravages quand dans les rangs de

la France Insoumise, vous avez des gens qui sont de ce courant-là et s'affichent comme tels. Ces gens-là favorisent une idéologie qui ensuite, de loin en loin, mène au pire […]

Ce sont des idées qui souvent viennent d'ailleurs, d'un modèle de société qui n'est pas

le nôtre. Nous avons un modèle républicain, universaliste. Ce que je souhaite après le drame que nous venons de vivre c'est que l'on arrête de se tortiller, je parle du débat public,

face au problème. Je serais d'une très grande fermeté face à tous ceux qui, aujourd'hui, en se croyant progressistes, en réalité font le lit d'une forme de tolérance à la radicalité.

C'est inacceptable et cela mène au pire. » Bien évidemment, cette criminalisation de

la recherche universitaire, plus globalement de la pensée, est salutaire. Elle est au nom de la liberté d’expression. Cette liberté doit être totale et absolue*.


*sauf pour les islamo-gauchistes.


108 vues0 commentaire